Je teste 3 étapes pour être pleinement soi-même

#REVE 1

Cet article participe au #REVE 1 (si vous ne l’avez pas lu, je vous laisse en prendre connaissance ici). Je vais vous livrer aujourd’hui, en synthèse l’état de mon cheminement ainsi que les 3 étapes que je teste pour cheminer vers mon #REVE 1 et être pleinement soi-même.

1. Première étape : prendre conscience du décalage

1. Entendre…

Nous sommes nombreux à avoir cette aspiration profonde à devenir pleinement nous-même. Il y a quelque chose de fascinant dans cette notion car en prenant du recul, par essence nous devrions ETRE nous-même… 

Parfois nous ne savons même pas que nous sommes en décalage

Les signes

Notre corps lui le sait. Nos émotions nous le montrent : insomnies, anxiété, stress, pensées négatives, tensions, peur du regard des autres, peur de l’échec, peur de déranger, peur de s’affirmer, peur de décevoir… bref, la liste est longue !

Ces émotions et ressentis sont visibles mais nous ne savons pas les interpréter. Moi je n’ai pas su en tous cas.

Pendant des années, j’ai fait des attaques de panique. J’étais dans un hyper contrôle de ma vie, rien ne devait dépasser. J’avais trouvé les masques que je souhaitais porter et il fallait que je les porte, coute que coute. 

Cette image, j’ai commencé à la porter au travail. Je devais avoir telle image parce que, selon moi, c’était ce que l’on attendait de moi. J’avais intégré que ce que l’on attendait de moi, c’était de tout savoir, d’être parfaite !

Hyper exigeante avec moi-même, je me mettais une pression folle pour savoir répondre à toute éventualité. Et je me suis retrouvée en perpétuelle sur-adaptation aux attendus des autres jusqu’à avoir peur du regard des autres.

Au départ ce décalage s’est manifesté sous forme d’attaque de panique et de phobie sociale. Et il a fallu que j’attende plus de 15 ans de souffrance, pour comprendre que j’étais en décalage. J’ai bien entendu les signaux d’alerte mais j’ai cherché à les combattre

être pleinement soi-même - peinture sur mur se perdre pour se retrouver

Et les contourner…

J’ai soigné mes attaques de panique et ma phobie sociale avec une Thérapie Comportementale et Cognitive. Cette thérapie brève, très efficace pour moi, a pour objet de soigner les symptômes et non de chercher l’origine du problème. Cela me convenait très bien, j’aspirais uniquement à une « vie normale ». Le pourquoi, je m’en foutais.

J’ai donc réussi à contourner le problème tant bien que mal, sans vouloir le regarder en face. Et j’ai continué mon petit bonhomme de chemin, toujours avec cette souffrance comme baluchon, toujours avec cette peur mais débarrassée des symptômes qui m’handicapaient. 

2. Ecouter plutôt

Ce qui est le plus terrible pour moi aujourd’hui c’est de constater que j’ai bien entendu toutes ces alertes. Je les ai entendues mais je ne les ai pas écoutées

enfant criant dans micro

Si peu habituée à m’écouter et à écouter mes ressentis, je n’ai pas su interpréter mes signaux. J’ai surtout cherché à les contrôler et à les faire taire

Il ne fallait surtout pas que je montre quelques signes de faiblesses. Surtout, cacher ses défauts et ses vulnérabilités. Etre parfaite ou m’en rapprocher le plus possible. Comment dire que cette mission impossible que je m’étais fixée a eu l’effet d’un élastique hyper tendu. Et il m’a éclaté au visage

Ce décalage est né de l’imagination que j’avais de ma vie. J’avais tout programmé un peu comme beaucoup (travail, mari, enfant, maison, labrador…). Je calcule, j’anticipe, je prévois, je rumine mais je n’avance pas…

Jean François Kahn à dit à propos du bonheur :

C’est le moment à partir duquel vous vivez ce que vous espériez vivre. Où il y a adéquation entre le ressenti de votre vie et ce que vous espériez.

Jean François Kahn

Et c’est là que j’ai compris que mes aspirations n’étaient pas le miennes. Elles étaient pour la plupart extérieures à moi : fruit de mon éducation, de la société, de la culture, de mon histoire… Ce n’était pas celles que j’avais choisies même si j’en avais l’illusion. Et je ne m’étais même jamais posé la question pour tout dire. Je suivais le chemin…

Alors il m’a fallu un événement plus douloureux que les autres. Un événement que je n’arriverais pas à contourner cette fois. Et il a fallu que je le regarde en face… un burn-out.

2. Deuxième étape : se reconnecter à soi

« C’est parce que vous perdez tellement de temps et d’énergie à cacher au monde l’image négative que vous avez de vous même que vous ne vivez pas encore tel que vous le rêvez ».

Paul Mc Kenna

Pour devenir pleinement soi-même, il est nécessaire de s’accepter et d’oser être soi. 

Tout entier. Avec sa part de forces et de faiblesses, ses qualités et ses défauts. Et cela nécessite un travail, un travail sur l’estime de soi et la confiance en soi.

Nous sommes tous imparfaits, multiples, avec des bons côtés et des mauvais que nous mettons en oeuvre dans différentes situations. Selon moi, oser être soi c’est être authentique. C’est oser montrer les deux côtés : ses forces et sa vulnérabilité.

Mais pour oser être soi, encore faut-il être en capacité de répondre à la question : “Qui sui-je ?

Si vous êtes dans cette quête de reconnection ou de connection tout court, je vous livre quelques exercices que j’ai réalisé (et que je réalise toujours) pour me reconnecter. Je suis convaincue que ce sont des étapes qui aident à être pleinement soi-même :

1. Le questionnement

être pleinement soi-même - femme au chapeau sur un ponton au bord de lac

Posez-vous au calme et essayez de répondre à ces questions par écrit :

  • Quelles sont mes forces ?
  • Quelles sont mes faiblesses ?
  • Qu’est ce qui est bon pour moi ?
  • Qu’est ce que j’aime de moi ?
  • De quoi ai-je besoin ?
  • Quels sont mes besoins dans la vie ?
  • Quelles sont mes valeurs ?
  • Qu’est ce que je ferais si je n’avais pas peur du regard des autres ?
  • Qu’est ce qui me fait plaisir ?
  • Qui suis-je quand personne ne me regarde ?
  • Si je me sentais en parfaite sécurité, que ferais-je de manière différente ?
  • Que ferais-je si je vivais au delà de la peur ?
  • Qu’est ce qui me rend différent des autres ?
  • Qu’ai-je que les autres n’ont pas ?

Tenir un journal pour écrire vos ressentis vous aidera également à prendre du recul sur les choses et à écouter (et non plus seulement entendre) vos ressentis profonds. Le travail d’écriture m’aide à prendre de la distance sur les évènements, à stopper les ruminations, à prendre du recul et à lâcher prise.

2. La méditation

être pleinement soi-même - femme en position zen sur lever de soleil

J’avais souvent entendu parler de méditation mais n’avais jamais pris le temps de m’y mettre. Je savais pourtant que c’était bénéfique. Cela fait partie des choses étranges dans la nature humaine : nous savons ce qui peut nous faire du bien et nous ne le faisons pas, n’essayons même pas. Tout comme nous savons ce qui n’est pas bon pour leur santé et le faisons quand même (j’ai fumé pendant plus de 20 ans et arrêté il y a 8 mois maintenant 😉…)

Et cela faisait partie des choses soufflées par ma petite voix intérieure : « il faut que tu te mettes à la méditation ». Et l’autre voix qui me disait, « oui mais j’ai pas envie là, je verrai demain, laisse moi tranquille… ».

Alors pour tout vous dire, j’ai commencé la méditation sur Netflix !

Lors de mes longues nuits d’insomnies, je suis tombée sur le programme « le guide Headspace de la méditation». Et je me suis dit, pourquoi pas ?

Alors j’ai essayé et je me suis endormie ! Ça m’allait bien, c’était l’objectif que je recherchais… Et je me suis rendue compte que ça m’avait également apaisée.

J’ai téléchargé l’application Petit Bambou sur mon téléphone et j’ai essayé les séances gratuites. Et petit à petit, je me suis aperçue, qu’effectivement, cela me faisait un bien fou.

Aujourd’hui j’essaye d’en faire une par jour. Cela m’aide à me reconnecter à mes ressentis, à mes sensations, à m’apaiser aussi.  

Essayez, juste d’en faire une par jour pendant 5 jours et dites moi en commentaires, ce que vous ressentez.

Juste, essayez, pour voir… 5 minutes

3. Faire du sport

basket de running

La pratique sportive m’a toujours aidé y voir clair. Et comme toutes les choses bénéfiques pour moi, je l’ai souvent laissé de côté…

Trouvez une activité physique qui vous correspond mais bougez !

Pour moi, c’est le tennis et le HIIT (High Intensity Interval Training).

J’ai découvert le HIIT pendant le deuxième confinement. Il s’agit de courtes séances intensives de cardio. Si vous ne connaissez pas et que vous êtes curieux, je vous conseille la chaine Youtube Move Your Fit. C’est comme ça que j’ai commencé et les coaches sont vraiment sympas ! Les séances durent 18 minutes donc c’est relativement facile à caser dans une journée et ça permet pleinement de se vider la tête.

Si vous n’êtes pas habitué à faire du sport, allez marcher : c’est doux et libérateur également.

4. Prendre soin de soi

être pleinement soi-même - arbre seul au milieu de l'eau

ECOUTEZ – VOUS !

Prenez du temps pour vous: lire, se promener en nature, se faire des petits cadeaux, des gros cadeaux… Prenez soin de vous, personne ne pourra le faire à votre place car vous seul connaissez vos besoins. N’attendez pas que cela vienne de l’extérieur, des autres.

Accordez-vous du temps. Faites de vous une priorité !

Et prenez soin de vous pour être en capacité de prendre soin des autres. Plus vous rayonnerez, plus vous diffuserez du bonheur autour du vous.

C’est votre exemple qui change le monde, pas vos opinions.

Paulo Coelho

5. Rire le plus souvent possible

Neon all you need is lol

Alors moi j’adore ça. C’est presque une drogue !

Je vous conseille vraiment de vous diriger vers les gens qui vous font rire. On n’a pas tous le même humour, mais ce n’est pas grave. Je crois bien n’avoir jamais entendu quelqu’un dire un jour “non moi j’aime pas ça rire…”

Pour moi le rire c’est une explosion de joie ! Ne ratez jamais une occasion. C’est carrément une thérapie.

Cessons de nous prendre au sérieux et allégeons-nous.

3. 3ème étape : suivre ses rêves…

balancoire au dessus du vide

La troisième étape a fait naitre ce blog.

Nous sommes dedans maintenant et je vous emmène avec moi.

Je suis persuadée que nous savons au fond de nous ce qui est bon pour nous. Ecoutons ce que notre petite voix intérieure nous murmure.

C’est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante.

Paulo Coelho

Dites-moi en commentaire les outils qui fonctionnent pour vous et qui aident à être pleinement sois-même !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8 Comments

  • Bonjour, je trouve ton article très intéressant et je suis vraiment en accord avec ce qui est dit. Curieusement, être pleinement soi même doit se lier de sagesse et de pragmatisme, entre sport, médiation… Le fait de rire est un point que je néglige totalement et je suis content de le lire ici pour rappeler son importance.

    Le point le plus important mais le plus compléqué est en effet de suivre nos rêves. Car les étapes d’avant sont souvent trop négligées. Merci pour cet article 🙂

    • Merci pour ton commentaire David !
      Ce que j’aime dans le rire c’est sa légèreté, sa spontanéité et la joie intérieur qu’il procure. Et moi aussi je le laisse parfois de côté mais je vais peut être l’intégrer dans une routine, pourquoi pas 😉

  • Ton article est très vrai. Nous oublions trop souvent de nous connecter à nos valeurs et nos besoins, nous nous nions pour nous conformer à ce que l’on attend de nous. Se poser et s’écouter est une étape indispensable pour retrouver le chemin vers nos rêves.

    • Merci pour ton commentaire et ta lecture SoffiG !
      L’important c’est le voyage, pas la destination: il faut donc bien préparer ses bagages 😊

  • Très joli article dans lequel trouve une similitude avec mon parcours de vie …. vouloir bien faire … vivre un burn-out … me reconstruire avec une méthode que je me suis construite sur mesure …. Bravo pour ce que tu as réalisé et tout mes voeux de réussite dans cette aventure de la Vie libre et en pleine conscience 😉

    • Merci beaucoup Eric, je suis touchée 🙏
      Et oui, maintenant, à nous une Vie libre ! 😉✨

  • Merci de commencer en partageant ton histoire personnelle avec nous. Si tout le monde pouvait s’intéresser à suivre cette quête de soi et appliquer les conseils que tu nous présentes ici, il y aurait beaucoup plus de gens épanouis et sereins.

    • Merci pour ton message Walid 🙏.
      Nous sommes effectivement nombreux sur le chemin de la quête de soi et la recherche d’épanouissement.
      En aider ne serait-ce que quelques-uns, ce serait le rêve ! 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :